News

Marie-Lise BRUNEL et Jacques COSNIER (2012): L’empathie, un sixième sens. Lyon, Presses universitaires de Lyon, 295 pages. ISBN

Cet ouvrage, véritable bible de l’empathie, nous offre un état des lieux très complet surun sujet de grande actualité, que ce soit parmi les soignants, les chercheurs

en neurosciences, les cadres d’entreprises ou les philosophes.

Après avoir décrit le parcours du mot dans son

histoire, de l’esthétique et la philosophie jusqu’aux neurosciences, en passant

bien évidemment par la psychologie sociale et les psychothérapies, les auteurs

inscrivent cette notion dans son évolution phylogénétique et ontogénétique. Ils

rappellent le concept mis à l’honneur par Jacques Cosnier

d’ « épigenèse interactionnelle ». Ils montrent l’importance et

la place du corps dans les interactions sociales, et son indispensable

référence dans la construction de la compétence empathique du jeune humain. Ils

placent ensuite l’empathie dans son contexte communicationnel et

« conversationnel », soulignant son fondement corporel dans toute

relation.

Ils développent les mécanismes de l’empathie en reprenant notamment les acquisitions modernes

des neurosciences sociales et de la psychologie expérimentale en citant

diverses théories et expériences accomplies dans ce domaine.

Les deux auteurs étant cliniciens aussi bien que chercheurs, ils nous livrent une enrichissante mise

en perspective de l’empathie dans les différentes pathologies psychiatriques et

troubles psychologiques allant de l’autisme à l’alexithymie, et touchant des

situations hors du commun comme les attentats suicides et les tortionnaires.

A ces troubles, quelles réponses ? La psychanalyse, ainsi que les thérapies

humanistes et d’autres modes d’approche; Carl Rogers est mis en valeur

pour sa contribution importante de la notion d’empathie dans le counseling.

Comment mesurer les compétences empathiques ? Une

impressionnante série de tests et échelles est présentée et expliquée. Enfin,

un certain nombre de méthodes proposées pour développer l’empathie nous sont

proposées.

En conclusion les auteurs s’interrogent sur la question d’un sixième sens empathique.

D’une grande érudition, appuyé par une bibliographie conséquente (54 pages) et un glossaire

« empathologique », cet ouvrage agréablement présenté est un

instrument précieux de clarification pour chercheurs et praticiens.

Véronique Haynal

Demande de renseignements